L'Histoire à François Rabelais.


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'habitat de la Tène moyenne à l'Antiquité tardive.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Fille de la Chouette
Admin


Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: L'habitat de la Tène moyenne à l'Antiquité tardive.   Mer 8 Nov - 19:08

Dates absolues ; Dates relatives ; Habitat rural ; Habitat urbain
IIIè siècle ; LT C1 ; fermes
200-125 av. ; LT C2 ; fermes + villages
125-25 av. ; LT D1-D2 ; fermes + villages ; oppida
25 av.-50 après ; Julio-Claudiens ; fermes + vicus ; villes
50-IIè siècle ; Flaviens ; villa + vicus ; villes.

vicus : c'est la version romaine du village gaulois, avec des constructions, des plans, une architecture romaine.
ville : ce sont parfois des oppidum au départ mais les villes sont souvent créées près d'un oppidum.
villa : c'est un habitat rural plus ou moins isolé avec des murs de pierres et des tuilles, contrairement aux fermes gauloises.

Les fermes gauloises :
Le terme de fermes indigènes est parfois utilisé pour désigner les fermes gauloises. Ce terme est basé sur l'appellation d'archéologues britanniques et est surtout appliqué en Picardie.
Les photographie aériennes ont permis de voir une activité des fermes intense et nombreuse en Picardie et dans le Nord.
L'appellation de "ferme" pose problème : les sites sont des habitats ruraux mais pas forcément des fermes. Il existe un statut hiérarchique différents : un habitat rural peut être une simple ferme comme une résidence aristocratique.
L'habitat isolé est entouré d'un fossé, composé d'un ou deux bâtiments avec des éléments de stockage (silos ou grenier). Le fossé n'est pas un système de défense mais plutôt de séparation entre l'habitat et l'extérieur, pour retenir les animaux, pour empêcher les animaux sauvages d'entrer.

L'exemple de Chevière. (Oise)
Ce site a une fonction sur la Tène moyenne et finale : sur les Ier et IIè siècles avant.
Il est entouré d'un fossé qui nous montre une évolution de la ferme : la première phase se déroule sur le IIè siècle. Le fossé forme un enclos de 140 mètres sur 70 avec deux entrées et sorties. A l'intérieur, il y a trois bâtiments d'habitation et deux greniers. A l'extérieur, se trouve une zone de greniers et deux autre enclos pour les animaux. La deuxième phase se passe pendant le Ier siècle. Le site est déplacé pour des raisons inconnues. Durant la première période, la ferme a une activité agricole et une activité d'élevage, ainsi que dans la deuxième phase.

L'exemple de Jaux, le Camp du Roi. (Oise)
Ce site a été fouillé lors de fouilles préventives.
Le fossé qui entoure la ferme nous montre trois étapes. La première est constitué d'un enclos de 54 sur 78 mètres, orienté nord-sud. Le fossé fait 1 sur 1,4 mètres. La deuxième étape voit l'enclos doubler en dimensions. Le fossé est à peu près pareil : 80 centimètre de large et 50 de profondeur. Pendant la troisième étape sous l'époque romaine la ferme est un peu abandonnée mais pas totalement.

Les fermes gauloises se trouve tous les trois ou quatre kilomètres, la densité est plutôt importante.

Les villa gallo-romaine :
La villa est un type de bâtiments nouveau. Il y a une bipartition entre deux ensembles : la pars urbana, la partie résidentielle et la pars rustica, la partie exploitation.
La villa est un établissement rural isolé avec une fonction agricole mais dont la fonction résidentielle peut ressembler à un palais avec tout le luxe, le confort typique à l'époque romaine : les thermes, les mosaïques, le marbre, les statues.
La villa diffère de la période précédente par ses murs en pierre qui remplacent le bois, le torchis et les tuiles qui remplacent le chaume. Elle apparaît en Italie deux siècles avant son apparition en Gaule.
Les fermes gallo-romaines précoce ont des liens avec les fermes gauloises et les villa. L'architecture est gauloise avec pourtant des traces romaines dedans (disposition).
La villa est entourée d'un mur beaucoup plus grand que les simples fossés des fermes gauloises. La zone cultivée est sûrement agrandie : certaines fermes gauloises disparaissent, il y a une regroupement autour des villa.
L'exploitation couvre une surface importante, jusqu'à quatre hectares mais on connaît rarement l'ensemble de l'exploitation.
Il faut se méfier des fouilles concentrées juste sur la pars urbana, elles fournissent une image incomplète du site.

Il existe une typologie des bâtiments d'habitat. Ceux-ci sont classés en cinq groupes :
-Les bâtiments en longueur, sans galerie. Les plus modestes ont une longueur de 20 ou 25 mètres et 7 ou 8 mètres de largeur. La subdivision la plus fréquente est celle en trois parties.
-Le plan en longueur encadré de deux tours avec une galerie en façade ouverte vers l'entrée de la pars urbana.
-Le plan basilical. Il s'agit d'un bâtiment composé d'une unique grande salle à trois nefs. Ce plan fait penser aux forums ou à l'architecture en bois.
-Les bâtiments autour d'une cour centrale intérieure. Les différentes pièces ouvrent sur cette cour. Le plan de la villa est carré et peut posséder une galerie. Cette sorte de villa est plus riche que les précédentes (il peut y avoir des thermes, des mosaïques), elle peut être une évolution de celles-ci.
-Le plan à péristyle. La cour est entourée d'un portique. C'est le même principe que la précédente mais ce sont des villa d'une extrême richesse. Ce sont plutôt des palais.

L'habitat ouvert de la Tène :
Cet habitat apparaît au IIè siècle av..
Il y a une évolution dans le peuplement gaulois. La population se concentre et crée des agglomérations de dix hectares en moyenne avec plusieurs types d'activités, agricole et artisanale.
Les villages sont ouverts, non fortifiés. L'artisanat se développe. Les artisans travaillent uniquement le métal et sont nourris par les paysans. La multiplication des fermes indiquent qu'elles produisent plus que ce qu'il leur est nécessaire. Elle vendent leur production aux artisans. Le commerce se développe aussi. La monnaie apparaît au IIè-Ie siècle avant.
L'artisanat travaille l'os, le bronze, le fer, les métaux précieux, la céramique, le verre, parfois même l'activité monétaire. Cela prouve que l'organisation sociale est plus complexe. Certains sites sont plus sur l'activité artisanale et commercial tandis que d'autres sites sont plus des agglomérations de fermes.

Le site en Ardenne se situe à cinq kilomètres d'un oppidum et s'étend sur vingt-et-un hectares. Il est fondé en 180 av. et est abandonné en 20 après. Il ne possède pas d'enclos pour le délimiter mais a une nécropole.
Le site s'organise autour de quatre places dont une est entourée par une palissade. Les bâtiments sont alignés et lorsqu'ils sont détruits, ils sont reconstruit au même endroit. L'étendue du site reste la même pendant les deux siècles de son occupation.
L'activité artisanale utilise surtout les cornes, peu la métallurgie. L'activité principale reste l'agriculture. Le site serait organisé en trois quartiers : quartier agricole, artisanal et un autre.
La place avec la palissade serait une place publique avec des activités de culte. Auprès de cette place se trouvent des bâtiments alignés différents de ceux du reste du site. Un archéologue a montré que dans un sens la grandeur et la hauteur des bâtiments augmentent. Cela fait penser aux sanctuaires romains de l'époque. LA place fait face aux "inhumés assis" : cadavres inhumés (alors qu'à cette époque on se fait plutôt incinérer) dans des boîtes dans le village. Ce serait des sacrifices humains.

Les "agglomérations secondaires" ou vicus.
Il y a une variété importante de ces sites, qui vont du village au site urbain, de un ou deux hectares à soixante-dix ou cent hectares. Les limites d'un site sont difficile à repérer mais on voit tout de même que les sites sont très différents.
Les formes des vicus sont variées elles aussi. Il y a les villages-rue, liés à l'artisanat et au commerce, ou bien l'oppidum, sur le haut d'une colline comme Alésia où on trouve des monuments publiques (théâtre) et un forum. On y trouve tous les éléments de la ville mais en plus petit. Les vicus sont plus modeste que les villes et non pas d'éléments d'agriculture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoire-rabelais.cultureforum.net
La Fille de la Chouette
Admin


Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: L'habitat de la Tène moyenne à l'Antiquité tardive.   Mer 13 Déc - 19:02

http://www.univ-tours.fr/ash/polycop/Histoire/PDF/UE4-5a.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoire-rabelais.cultureforum.net
 
L'habitat de la Tène moyenne à l'Antiquité tardive.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Moyenne, écart type, pourcentage
» moyenne température annuelle à Lyon Bron
» Moyenne robuste
» moyenne générale
» Comparaison de moyenne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Histoire à François Rabelais. :: Archéologie :: CM archéo-
Sauter vers: