L'Histoire à François Rabelais.


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Mise en place des cadres dela religion civique à l'archaïsme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Fille de la Chouette
Admin


Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Mise en place des cadres dela religion civique à l'archaïsme   Lun 13 Nov - 13:10

I) La création des sanctuaires civiques.
Dans les cités, au VIIIè siècle, se créent des cultes communs auxquels tous les citoyens doivent participer. Le culte est composé de divinités poliades, à Argos Héra, à Corinthe Poséidon, des autres dieux et des héros, a Athènes, Thésée qui tua le Minotaure et regroupa les villages de l'Attique et créa Athènes.
Les cultes se font dans les sanctuaires qui se trouvent soit dans la chôra (aux frontières se sont souvent des sanctuaires d'Artémis, déesse des passages), soit dans l'asty, dans l'agora, place publique où se réunissent les citoyens dans le cadre de cérémonies, institutions politique comme la Boulè, et dans l'acropole où se trouvent les sanctuaires des divinités poliades et le parthénon.
Les théâtres sont associés aux sanctuaires de Dionysos avec un autel en leur centre.
Asclépios est un médecin qui fut divinisé. Son culte apparaît à Athènes en 420 pendant une épidémie de peste (en vrai de choléra).
Les premiers temples datent du VIIIè siècle. Ce sont des constructions rectangulaires, délimité par des colonnades, les premières en bois puis en pierre, en calcaire ou en marbre. Il existe aussi des temples ronds mais ils sont rares. La fonction des temples est de conserver la statue de la divinité. Les fidèles n'y entrent pas, seuls les servants de la statue peuvent pour lui donner des offrandes, la baigner. L'autel est très important : on y fait les sacrifices, offrandes d'animaux d'élevages dont on brûle la peau, la graisse et les os pour les dieux. Les chiens et les coqs font partis des offrandes pas chère que n'importe qui peut faire. Il y a aussi des offrandes non sanglantes, comme du vin. Les sacrifices humains sont rares et marginaux.
A l'époque archaïque le calendrier culturel se fait au rythme de l'année civique. La cérémonie se compose de plusieurs éléments :
-d'une procession, ouverte au citoyen et sa famille.
-de sacrifices.
-d'un banquet où l'on mange ce qui n'est pas offert au dieu.
-de concours organisés par classes d'âges : enfants, adolescents, adultes peuvent y participer. A Athènes, ils sont même ouverts aux jeunes filles. La nuit, la course avec des torches est un grand moment. A l'issu de la cérémonie, les vainqueurs reçoivent un prix : symbolique comme une couronne de feuillage, ou plus important comme des métaux ou un vase, rempli d'huile d'olive lors des Panathénées, faite à partir des oliviers sacrés d'Athéna. Ces vases sont retrouvés partout dans le monde grec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoire-rabelais.cultureforum.net
La Fille de la Chouette
Admin


Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Mise en place des cadres dela religion civique à l'archaïsme   Ven 1 Déc - 0:02

II) La codification de la mythologie par Hésiode.
Contrairement à l'Inde avec la Veda et au Proche-Orient avec les livres bibliques, la Grèce ne possède pas de livre sacré contant la relation entre les dieux et les hommes. Certaines poètes ont pourtant codifié un grand nombre de récit, comme Homère et l'Iliade et l'Odyssée ou Hésiode, au VIIIè, et la Théogonie, plus ancien texte codifiant les croyances grecques et l'ordre du monde. Hésiode se dit inspiré par la Muse qui lui dicte la vérité que seuls les dieux peuvent communiquer.

1) les générations divines :
Au commencement, il n'y a que Chaos, l'absence d'ordre dans l'ensemble des éléments qui constituent le monde. Il n'y a pas de création du monde comme au Proche-Orient : tous les éléments sont déjà présents.
Avec le Chaos existent Gaïa et Eros, au sens de la puissance de renouvellement, de création. Chaos engendre la Nuit et Gaïa engendre Ouranos (le Ciel) et Pontos (l'Océan, les flots marins). Gaïa s'unit à Ouranos et donne naissance à la première génération de dieux : les douze titans et titanes dont le plus jeune est Kronos (le Temps) et les cyclopes. Kronos s'empare du pouvoir avec la complicité de sa mère et castre Ouranos. Ce mythe explique la séparation du ciel et de la terre. Du sperme d'Ouranos et de la mer née Aphrodite et du sang d'Ouranos nés les divinités de la vengeance, les Erinyes et les Géants, ennemis jurés des dieux olympiens.
Kronos épouse sa soeur Rhéa et craignant qu'il lui arrive la même chose que son père, il avale les enfants que Rhéa met au monde. Mais celle-ci remplace son troisième fils par une pierre et l'envoie en Crète. Le vacarme du bébé est couvert par les Corybanthes qui frappe contre leurs boucliers. Zeus, une fois adulte trouve son père, le détrône et lui fait régurgiter ses frères et soeurs. C'est la deuxième génération de dieux qui reconnaît l'autorité de Zeus. Ce sont les divinités olympiennes car les Grecs pensaient qu'ils vivaient la majeur partie de l'année sur le mont Olympe sauf en hiver où ils partaient vers le sud.
Les Titans essayent de reprendre le pouvoir mais ils sont vaincus par les Olympiens. Ceux-ci sont ensuite obligés d'affronter les Géants : ces combats sont le symbole de la lutte incessante entre la raison et les forces du désordre voire la barbarie. Zeus est le gardien de l'ordre du monde.
Zeus, pour ne pas être détrôné s'unit à Métis, divinité de l'intelligence et de la ruse. Mais il craint que Athéna, leur enfant, devienne plus puissance que lui. Il avale Métis, enceinte. Athéna née de la tête de Zeus par un coup de maillet de Héphaistos.

2) le mythes des races :
Dans les Travaux et les jours, Hésiode complète la Théogonie par des mythes des ethnées : races. Quatre races se sont succédées :
-Le race d'or où l'homme est semblable aux dieux. Ils passent leurs vies dans des banquets et ne connaissent pas le travail.
-La race d'argent est une race en grande partie humaine : les hommes sont dans l'ubris, la démesure car ils ont tendance à ne plus respecter les dieux.
-La race de bronze est marquée par les guerres et la mort. C'est une race pleinement humaine.
-La race de fer connaît plus de guerres et la nécessité de travailler pour vivre.
La caractéristique des hommes est le déclin par rapport à un état initial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoire-rabelais.cultureforum.net
La Fille de la Chouette
Admin


Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Mise en place des cadres dela religion civique à l'archaïsme   Lun 4 Déc - 14:27

III) les grandes divinités.
Les grecs ont tenté de classer les divinités dès le IIIè siècle à l'époque hellénistique. C'est la classification des douze dieux olympiens : Zeus, Héra, Poséidon, Déméter, Athéna, Dionysos, Hermès, Artémis, Apollon, Aphrodite, Hépaïstos et Arès. Parfois, on trouve Hestia, déesse du foyer à la place d'Arès ou Hadès à la place de Dionysos. Cette classification est superficielle : dans aucune cité on ne vénère les douze dieux.
Avant les années 1950, on regroupait les dieux en fonction de leur compétence. Mais chaque dieu a des compétences multiples. Ainsi, Poséidon est le dieu de la mer, des tremblements de terre et des chevaux.
Le linguiste français, G. Dumézil, tente une nouvelle approche des dieux. Il a étudié le système religieux, le panthéon en essayant de comprendre la place des dieux les uns par rapport aux autres en travaillant sur les textes relatifs à ces divinités, en considérant aussi les adjectifs, le vocabulaire et les fêtes qui leur sont lié. Il s'est beaucoup inspiré des travaux fait par l'Ecole de Paris : les linguistes et philosophes des années 1960 et 1970 autour de Vernant. Ils classent les dieux en les regroupant par principes communs :
-Zeus obtient une place particulière. C'est le père des dieux et des hommes, le dieu des éléments atmosphériques, de l'hospitalité et des serments. Il détermine le retour régulier des saisons, l'alternance des jours et des nuits. Il est le garant de l'ordre, de la loi et de la justice. Il est également le protecteur de l'agora. C'est le plus rusé et le plus intelligent des dieux puisqu'il a avalé Métis. Enfin, il est omniscient.
-La deuxième catégorie de dieux est celles des dieux à métis : l'intelligence orientée vers des réalisations pratiques. On peut traduire métis par ruse, intelligence pratique, opportunisme. Ulysse l'incarne.
+Athéna est la première divinité à métis. Elle est la maîtresse du travail artisanal qui demande de l'habilité, de la capacité technique : c'est donc la déesse du travail du bois, des potiers, de la navigation, de la cavalerie. Elle est aussi la divinité du kairos : moment à saisir, de l'occasion favorable, et la divinité de la guerre par le kairos, c'est-à-dire le moment où il faut agir. Dans la métis, il y a le mensonge et la fuite, la fin justifie les moyens.
+Arès est un dieu qui s'enivre de sang, le dieu du carnage. Ce n'est pas un dieu populaire.
+Artémis crée la confusion contrairement à Athéna qui fait réfléchir, penser su la situation.
+Héphaïstos est associé à Athéna dans beaucoup de mythes. C'est le dieu forgeron que Héra a engendré seule. Il est le maître du feu, le protecteur des artisans qui travaillent avec le feu : les potiers, les monétaires. Il crée des objets et des créatures magiques : c'est à lui que Zeus demande de créer Pandore. Il a aussi créé un trône pour Héra qui l'empêche de bouger toujours à la demande de Zeus. Les deux dieux sont associés car ce sont deux divinités à métis. Ils ont des fêtes, des temples en communs.
+Hermès est le dieu des échanges de toutes sortes : le commerce, le vol, le langage. Il est le dieu de l'éloquence et incarne la métis dans le domaine de la parole et du vol.
-La troisième catégorie est celle des divinités du mariage. Le mariage est une sorte d'obligation : à Sparte, les hommes non marié sont déchus de leur citoyenneté et dans les autres cités, ils sont moqués.
+Héra préside au mariage. Elle protège le mariage légitime en tant que cadre de création de futurs citoyens.
+Artémis est la divinités des passages et donc du passage de l'adolescence à la femme mariée qui se passe vers 14-16 ans (30 pour l'homme). Les jeunes filles sacrifient leurs jouets et vêtements d'enfant à la déesse.
+Aphrodite est la déesse du désir, de la prostitution et de la fécondité. Elle est vénérée au moment du mariage par les jeunes filles et les hommes.
+Athéna est la déesse du tissage, l'occupation des femmes mariées. Les femmes ne sortent que rarement, toujours avec un voile et une suivante. Certaines femmes travaillent mais on estime que c'est peu honorable.
-La sphère de la fertilité des humains, du sol et des animaux.
+Déméter est la maîtresse des céréales et de l'agriculture en général. Sa fête est la plus importante est les Thesmophories, de thesmophoros, celles qui apporte les objets sacrés et les lois. Aux yeux des grecs, l'élevage induit un niveau de civilisation inférieur à l'agriculture.La situation la plus estimée est l'agriculture puisqu'elle implique un mode de vie sédentaire en cité. Déméter apporte la civilisation. Les prêtres du grand sanctuaire de Déméter à Eleusis écrivent les mythes des mystères d'Eleusis, la fête en l'honneur de la déesse. Déméter a une fille de Zeus : Korè. Celle-si est enlevée par Hadès qui la veut pour femme aux enfers. La terre se dessèche, la fécondité humaine baisse. Déméter parcourt la terre voilée de noir. Elle arrive à Eleusis où elle apprend par les habitants que sa fille a été enlevée par Hadès. Elle va donc trouver Zeus. Hadès s'oppose à la décision de son frère car Korè a mangé un pépin de grenade qui est lié à la mort. Il garde sa femme, Perséphone, une partie de l'année et Déméter a sa fille Korè l'autre partie de l'année. Perséphone-Korè symbolise le blé qui passe une partie de l'année dans la terre puis en sort.
+Apollon est le dieu purificateur. Il a une fonction dans la fécondité car il emporte toutes les souillures qui peuvent empêcher la maturité des plantes et des animaux (il est le dieu des troupeaux). Ses fêtes, les Thargelies se passent en mai dans toutes les cités. Deux hommes sont choisis par les citoyens, ce sont les pharmakoi (médicament, poison). L'un a un collier de figues blanches et l'autre de figues noires, symbole des deux sexes. Les deux hommes parcourent toute la cité. Ils sont fouettés par les citoyens avec des branches de figuiers. Cela fait disparaître les souillures. Les jeunes pousses sont offertes en offrande au dieu. Apollon est un dieu archer, il châtie ceux qui ont fait des choses impurs, les meurtriers. Ses flèches transmettent les épidémies.
+Dionysos est le dieu du dédoublement. Il y a deux types de dédoublement : dans le théâtre et dans le vin et l'ivresse. Le vin est un élément très important dans l'alimentation. On fête le vin nouveau pendant les Anthestéries dans de nombreuses cités grecques en février. On ouvre les jarres, offre du vin à Dionysos, puis on le goûte. Il y a des concours de buveurs et des banquets. La hiérogamie est le mariage sacré entre celle que l'on appelle la reine, un femme d'un magistrat important d'Athènes, et l'archonte-roi paré comme Dionysos. C'est un union symbolique avec le dieu pour assurer la fertilité humaine, animal et du sol.
-Artémis est la déesse des passages, de la chasse et de l'adolescence. Pierre Ellinger a beaucoup travaillé sur elle. Il a montré qu'elle est la déesse des passages de lieux, de l'adolescence, de l'accouchement, de la vie : de tous les changements d'états. Les frontières, eschation, sont les lieux où l'on chasse, où se trouve la caserne pour le service militaire des éphèbes. Artémis est une divinité de la guerre. Elle a des compétences particulières : Hérodote, dans son enquête où il raconte des guerres médiques, rapporte une anecdote sur l'affrontement entre les Thessaliens et les Phocidiens. Les Thessaliens sont un peuple guerrier puissant, des cavaliers. Ils occupent la Phocide où ils prélèvent des impôts en céréales importants. Les Phocidiens se révoltent et tuent les Thessaliens. Ceux-ci déclenchent une guerres d'anéantissement, ils font preuve d'ubris. Artémis, grande divinités des Phocidiens, les protège. Elle leur dicte la conduite à suivre par l'intermédiaire d'un prêtre. A Hyampolis, les Phocidiens regroupent tous leurs biens pour faire un énorme bûcher pour les femmes et les enfants si jamais l'armée est défaite. Artémis apprécie les sacrifices un peu violents. L'armée est menée par le prêtre. Les ruses d'Artémis apparaissent aux Thermopyles. L'armée creuse des trous assez profond et y enterre des hydries, des vases à trois anses avec un col large pour puiser l'eau. Les Thessaliens, cavaliers, se trouvent face à des fantassins. Ils chargent tête baisée. Les chevaux se cassent les jambes sur les hydries. La cavalerie se fait massacrer. Artémis déboussole ses ennemis, c'est le passage entre la raison et l'ubris. Le gros de l'armée de Thessalie envahie la Phocée. Les Phocidiens sont barricadés dans Hyampolis. Ils se maquillent en blanc puis sortent nu pendant une nuit sans lune, revétu d'un seule sandale. Les Thessaliens sont massacrés dans leur camp : ils croient avoir à faire à des monstres, des dieux. Ils s'enfuient. Artémis est la déesse de l'apatè, un certain type de ruse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoire-rabelais.cultureforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mise en place des cadres dela religion civique à l'archaïsme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mise en place des cadres dela religion civique à l'archaïsme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mise en place des gaines
» IDF/mise en place équipe projet suivi absentéisme
» MISE EN PLACE DU SELF AVANT LES REPAS
» Mise en place des ESPE : Le rapport "Évolu­tion et état des lieux des moyens mis en œuvre pour la for­ma­tion des ensei­gnants" n'est toujours pas mis en ligne.
» Mise en place des onduleurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Histoire à François Rabelais. :: Histoire :: Histoire Ancienne-
Sauter vers: