L'Histoire à François Rabelais.


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Espace grec et grandes périodes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Fille de la Chouette
Admin


Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Espace grec et grandes périodes.   Mar 7 Nov - 21:46

I) L'espace grec :
1) les principaux caractères géographiques :
Les montagnes sont omniprésentes. Une échine dorsale s'étale du NO au SE, des montages du Pinde jusqu'au Péloponnèse. Il y a trois massifs : l'Erimenthe au nord, l'Ithôme à l'ouest et Taggète au centre, qui sépare les plaines de la Laconie et de l'Arcanie. C'est une bannière entre le versant égéen et le versant ionnienne. Les montagnes représentent 80% du territoire sur le continent, et 95% sur les îles où l'altitude atteint 500 mètres et jusqu'à 1000m sur le territoire. Il y a quelques exceptions, le mont Olympe s'élève à 2985m, le mont Taigète à 2004m, le mont Parnasse à 2400m. Le passage du vallée à l'autre est difficile, on parle de reliefs compartimentés. La communication est difficile.
Les principales plaines sont au nord, la Thessalie, la Macédoine, l'Arcadie avec la dépression de Mégalopolis, la Laconie ou plaine de l'Eurôtas, la Messénie ou plaine du Pamisos, l'Attique et dans cette plaine, la plaine d'Eleusis.
Il y a une activité sismique importante. Les tremblements de terre sont les actions de Poseïdon qui frappe la Terre de son trident. L'île de Théra est ainsi apparue au XVIè siècle avant JC.
La mer est également omniprésente, aucun point n'est à plus de 90 km sur le continent et à plus de 60 sur les îles. Il y a plusieurs archipel, comme les Cyclades, le Dodécanèse (avec 12 îles) ou les Sporades. Les côtes sont très découpées, on trouve des caps, des golfes, des falaises. Les sites portuaires sont donc nombreux et la pêche est importante pour l'alimentation sui est à base de poissons séchés. La viande n'est mangé que pendant les fêtes religieuses.
Le climat en Grèce est un climat méditerranéen. Il y a donc deux saisons, un été chaud et sec et un hiver doux et humide (2/3 des pluies a lieu de novembre à décembre). Les précipitations sont importantes mais brèves, ce sont des pluies d'orages violentes. L'Ouest du pays est plus humide que l'Est qui est sec voire très sec. Le sol est peu épais, peu riche, fragilisé par l'irrégularité des précipitations. Mais on y trouve du marbre (dans le Pentélique et l'île de Panos dans les Cyclades). Pourtant il n'y a pas d'énormes richesses minières. Il y a de l'or en Thrace, dans le mont Pégée et de l'argent dans le sud de l'Attique (les plaines du Laurion), ce qui a profité à Athènes et lui a permit de faire des chouettes, les pièces de monnaie à l'effigie d'Athéna.
L'agriculture est surtout axée sur les céréales, principalement l'orge, un peu le blé. Les grecs en font des galettes, base de leur alimentation. L'approvisionnement en céréales est un problème majeur. La route du blé est une route maritime qui part du Pirée, longe les côtes, passe par l'Hellespont pour aller à la Pronpontide. Elle passe donc par Byzance et franchit le détroit du Bosphore pour entrer en Pont-Euxin (mer Noire) où les grecs s'approvisionnent sur ses pourtours, surtout Nord et Ouest. On cultive aussi de la vigne et de l'olivier, ce qui, pour certains auteurs, représente avec les céréales la Triade méditerranéenne. Pour d'autres auteurs, la Triade méditerranéenne est composée de la vigne, de l'olivier et de la figue.
Il y a peu d'élevages et il est toujours extensif (on utilise le pâturage, le déplacement de troupeaux) avec des ovins, des caprins, des bovins, et , plus rares des chevaux qui sont élevés uniquement pour la guerre en Macédoine, en Thessalie, en Béotie.

2) la Grèce Egéenne :
La Grèce se sépare en trois parties.
-La Grèce continentale séparée de l'Asie mineure par les détroits (Hellespond, Pronpontide, Bosphore).
-La Grèce de la mer Egée, c'est-à-dire les îles, au sud la Crète et Rhodes, au nord les Cyclades, dont le centre est Délos, et les Sporades, Et encore plus au nord les îles au large de la Thrace, Lesbos et Thasos par exemple.
-Les cités d'Asie mineure sur la façade maritime occidentale. Les grecs y sont installés en colonies, l'Eolide au Nord, La Ionie au centre (de Phocée à Milet) et la Dorie au sud (avec Rhodes).

3) les périphéries du monde grec :
A l'époque archaïque ( de 800 à 508 av), la Grèce est dans une période d'expansion. Elle a des colonies sur tout le pourtour méditerranéen. Les grecs partent des cités sous la direction de l'oikiste (qui décide où s'installer) en direction de l'Italie du sud, de la grande Grèce (la Sicile), de l'extrême-Occident (sud de la Sardaigne, Corse, côtes de la Gaule, péninsule ibérique => Massalia (Marseille), Nikaia (Nice)), de l'Egypte, de la région Cyrénaïque (de la cité de Cyrène), de la Syrie (il n'y a pas ici de fondations coloniales car la civilisation phénicienne fait concurrence avec les cités de Tyr, Byblos,... C'est une civilisation commerçante qui a transmis l'écriture au grecs. Elle se répand aussi dans le bassin méditerranéen à la même époque), de la Thrace et du pourtour du Pont-Euxin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoire-rabelais.cultureforum.net
La Fille de la Chouette
Admin


Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Espace grec et grandes périodes.   Mar 7 Nov - 21:47

II) Les grandes périodes de l'histoire grecque.
Jusqu'au VIIIè siècle, l'histoire est mal connue. La méthode habituelle pour comprendre une période n'est pas applicable. On ne peut pas confronter les textes et les sources archéologiques. Il n'y a pas de textes ou très peu, on ne peut que exploiter les sources archéologiques.
La première civilisation est la civilisation minoenne qui eu lieu en Crète. Le nom vient du roi Minos. Les grecs dataient cette période du XIIè siècle grâce à Thésée qui tua le Minotaure. Cette civilisation dura de 2200/2000 à 1400 où tous les palais sauf Knosos furent détruit). Elle eut trois systèmes d'écriture. En premier, les idéogrammes, puis le linéaire A qui n'est toujours pas déchiffré, et le linéaire B qui fut déchiffré en 1953 par Chadwick et Ventris. Le linéaire B est un système d'écriture syllabaire qui notait du grec. Mais cette écriture est principalement celle de l'époque suivante, la civilisation mycénnienne (1600-1200/1100). A Mycène, un tas de tablettes d'argile (des livres de comptes surtout) écrit en linéaire B ont été trouvées. Grâce à cela on a put déduire que c'était une civilisation très hiérarchisé, constituée de principautés indépendantes, chacune avec son roi assisté d'une classe de scribes et des aristocrates guerriers. On travaillait le bronze et les métaux précieux tel l'or. Tous les palais ont été brûlés vers 1200. La fin brutale de cette civilisation a fait naître beaucoup d'hypothèses. Ce pourrait être du à une invasion des peuples de la mer ou des Doriens, ou alors à un séisme, ou encore à un effondrement interne, un affrontement entre paysans et aristocrates.
Ensuite viennent les Ages obscures, ainsi dénommé par les archéologues anglais dans les années 1930 car on sait peu de chose de cette période. Il n'y a plus d'écriture, donc plus de textes. Il y a une modification de l'occupation urbaine et de l'habitat. Les zones sont abandonnées ou transformées en nécropole. L'occupation se concentre sous le forme de village sur les zones de collines. Les fouilles ont montré qu'au sein du village une maison était plus importante que les autres, sûrement celle du chef de village. La métallurgie du fer se développe à cette époque remplaçant le bronze pour les armes et les outils agraires. Il y a une multiplication des offrandes surtout en céramique dans les anciennes tombes des souverain mycénien transformées en sanctuaires. On voit peu à peu réapparaître l'écriture avec un alphabet emprunté aux Phéniciens (ils ont des contacts sur la Méditerranée et dans les comptoirs, principalement celui de Al-Mina en Syrie). Les premiers textes ont trait au droit public. Ce sont des lois éditées par de nouveaux groupements politiques qui naissent à la fin des âges obscures, les cités. On trouve dans celles-ci des cultes, des institutions politiques installés sur l'acropole, pour une meilleur défense. La fin des âges obscures arrive vers le VIIIè siècle. A ce moment commence la période archaïque.
L'archaïsme est caractérisé par la floraison des cités. Il y en a plusieurs milliers en Grèce continentale, en Asie mineure, dans la mer Egée mais aussi sur le pourtour de la Méditerranée et de la Mer Noire par la colonisation. On ne connaît pas les raisons de ces déplacements de population. Est-ce pour des raisons économiques, pour le commerce ? Ou à cause d'un trop plein démographique ?Des grecs de la Grèce continentale et de l'Asie mineure sont envoyés par leurs cités pour coloniser en premier lieu l'Italie et la Sicile. Les Phocéens créent une série de colonies en extrême-occident : Massalia (première cité productrice de vin en Gaule) qui a elle-même fondé Anpurias dans le Languedoc, Nikaï. Dans le même temps les Phéniciens fondent eux aussi des colonies. Les colonies grecques se trouvent en Italie, en Sicile, en Corse, en Sardaigne, sur la côte Catalane, en Afrique du Nord à Cyrène pour le blé (aussi pour le silphium, plante très appréciée dans la Grèce antique mais aujourd'hui disparue), en Egypte à Nokratis, sur le pourtour de la mer Noire, région fertile en blé et en poisson. On développe l'agriculture dans les colonies pour le commerce. La colonie est une cité totalement indépendante de sa métropole. Il y en a beaucoup plus sur la partie nord de la Méditerranée que sur la partie sud.
Certaines cités émergent, très puissantes : Athènes et Sparte. Athènes s'étend sue l'ensemble de la région de l'Attique, au sud de la ligne formée entre Oropos et Eleusis. Sparte, elle, joue avec un système d'alliance à partir du début du VIè siècle. Son territoire s'étend dans toute la vallée de l'Eurotos. Mais à la fin de l'archaïsme, elle domine tout le Péloponèse. C'est la cité la plus puissante.
En Asie mineure, on voit la naissance d'une activité intellectuelle. En philosophie avec Héraclite et Parménide, en géométrie et géographie. C'est aussi à cette endroit que vit le père de l'histoire Hécatée de Milet.
Les grecs d'Asie mineure sont dépendants de la Lydie (capitale : Sarde), région gouvernée par une dynastie orientale, les Mermnades, dont le dernier roi sera Crésus, qui sont très hellénisés. On trouve dans leur région des temples dédiés à Apollon et Artémis.
A la fin du VIIè, début du VIè siècle, la monnaie frappée fait son apparition. Auparavant, on se servait de simples morceaux de métal. Dans certaines cités, telles Phocée, Samose, Ephèse, les empreintes de l'autorité émettrice sont mises sur le lingot, ce qui lui confère une garanti étatique et qui facilite le commerce, on n'est plus obligé de peser, de vérifier le lingot. Cela à aider les cités pour les amandes, les impôts, pour constituer un trésor. Les Lydiens qui ont des réserves importantes d'or et d'argent créent la première monnaie dans un alliage d'or et d'argent, l'électrom. Cette monnaie est diffusé en occident mais pas en orient car le système est plus sophistiqué, on utilise déjà les lettres de change, les chèques. La monnaie frappée n'y est introduite que plus tard avec la conquête d'Alexandre le grand.
Le royaume de Lydie s'éteint en 546 après la bataille qui opposa Crésus dernier roi lydien à Cyrus, roi perse, fondateur de la dynastie des achéménides (de Achémenès, père de Cyrus) et d'un empire perse qui s'étend de l'Asie mineure jusqu'en Inde. C'est un changement pour les grecs. Ils sont obligé de payer un tribut, ils se voient imposer un régime politique pro-perse. A la fin du VIè siècle, en 499, les grecs de Ionie se révoltent. Cette révolte continue jusqu'en 494 où les grecs sont écrasés par les perses. Ces événements provoquent les guerres médiques. L'Archaïsme prend fin en 490. Commence alors la période classique.
La période classique s'étend de 490 à 323 (mort d'Alexandre). Elle voit l'épanouissement des cités grecques, ses débuts étants marqués par les guerres médiques (490-449). "Médique" vient de mède, peuple que les grecs confondaient avec les perses. En 490, Darius, roi perse, lance une expédition basé sur une flotte et une armée peu importante dans les Cyclades. Il s'en empare. Il continue jusqu'en Grèce continentale dans l'île d'Eubée à Erétrie. La ville est détruite et pillée. Darius fait passer son armée en Attique sur le site de Marathon. Mais l'armée athénienne profite des marais et de l'effet de surprise au moment du débarquement des perses. Ceux-ci sont obligé de rembarquer immédiatement. Le soldat Philipidès cours annoncer la nouvelle à Athènes et meurt d'épuisement après. L'armée perse contourne la pointe de l'Attique et débarque au port de Phalère, port d'Athènes avant la construction du Pirée, mais l'armée athénienne est encore là, les perses sont de nouveau vaincu. Hérodote raconte que Erétrie et Athènes ont envoyé une armée pendant la révolte ionnienne et que cette expédition serait une vengeance de Darius. La victoire de marathon a un retentissement énorme en Grèce mais pas dans le royaume perse.
Xerxès, moins de dix ans plus tard, lance aussi une expédition. Mais cette fois le roi en personne commande les troupes et l'armée est très importante, 100 000 hommes selon l'Histoire, un million selon Hérodote. Xerxès fait passer son armée au large de la Thrace, en Chalcidique, il fait creuser un canal, mais cela lui fait perdre du temps et il abandonne l'idée pour les deux autre bras de terre de la Chalcidique. La Macédoine, royaume indépendant fait une alliance avec Xerxès pour ne pas combattre. Les régions de plaines en Grèce, la Thessalie, la Béotie souhaitent la même chose, elles sont prêtes à se soumettre. Mais les cités du sud, du Péloponèse, de l'Attique, veulent se battre. En effet, le relief leur est avantageux, les chars de l'ennemi passent difficilement dans les montagnes. Il y a donc une alliance de toutes les cités. La flotte, essentiellement composé de navires athéniens, est postée à Artémision, un espace étroit pour que les perses ne profitent pas de leur supériorité numérique, tandis que l'armée terrestre est postée aux Thermopyles, un défilé où il est dur de manoeuvrer. En 480, éclatent donc les batailles de l'Artémision et des Thermopyles. Durant la bataille de l'Artémision, une tempête éclate. Les perses y perdent un tiers de leurs navires. Les grecs se sont repliés vers le sud. La flotte grecque répétera sa manoeuvre de combattre dans un endroit étroit pour vaincre la flotte perse à la bataille de Salamine. A la bataille des Thermopyles se trouvent principalement des soldats spartiates avec leur roi Léonidas. Selon Hérodote, il y a en 4000 accompagnés de quelques béotiens. Mais il y a un traître béotien qui dévoile le plan des grecs et montre aux perses un passage pour contourner le défilé. Les grecs font demi-tour et vont se poster à l'Isthme de Corinthe. Les meilleurs guerriers spartiates sont restés en arrière pour combattre les perses et donner du temps à l'armée pour se replier. Deux mois après éclate la bataille de Salamine. C'est une île au sud d'Athènes relié à la terre par un bras de mer. Les athéniens refont donc le même coup qu'à Artémision. Ils attirent la flotte perse dans le goulet de Salamine et encercle le navire perse qui le passe. Xerxès retourne en perse avec une flotte détruite pour maîtriser une révolte en Egypte. Il laisse cependant le commandant Mardonios dans un campement en Attique. Celui-ci y passe l'hiver 480-479. Il détruit Athènes en 479. Des pourparlers diplomatique s'engagent entre Sparte et Mardonios. Les athéniens lancent une bataille pour prendre ses pourparlers de cours, mais c'est une bataille entre grec, les béotiens sont aux côtés des perses. Les athéniens combattent les thébains. Il existe une rivalité entre Athènes et Thèbes pour le contrôle de la Grèce continentale. Mardonios perd la bataille. Il fait flotte vers l'Asie mineure mais il est écrasé par les athéniens. La guerre continue en Asie mineure jusqu'en 449. Les perses sont complètement chassés d'Asie mineure.
La deuxième moitié du Vè siècle est caractérisé par l'affrontement entre Sparte et Athènes dans les guerres du Péloponèse de 431 à 404. Thucydide, un athénien les rapporte. Chaque cité a ses alliés. Les cités d'Asie mineure sont avec Athènes, les cités du Péloponèse, de Thessalie, de Beotie sont avec Sparte. Les colonies s'en mêlent aussi. Les Perses en tirent profit : ils reviennent en Asie mineure. Les spartiates remportent la guerre grâce à l'or perse en 404.
Au IVè siècle, il y a une succession de guerres en Sparte, Athènes et Thèbes pour l'hégémonie sur la Grèce continentale. Les cités sont mises d'accord par une nouvelle puissance, la Macédoine. En 356, c'est le début du règne de Phillipe II. Celui-ci attire les nobles de Macédoine à la cour de Pella et leur offre des postes militaires (première possibilité de carrière militaire). Il tire profit des ressources, le bois pour la flotte et les métaux précieux. En 338, à Chéronée il remporte la victoire en profitant des dissections grecques. Les cités grecques sont contraintes de s'allier à Phillipe et de passer sous son hégémonie. Phillippe voulait emmener des troupes en Asie pour chasser les perses, mais il est assassiné en 336 sûrement à cause de sa femme Olympias, mère d'Alexandre. Celui-ci prend le pouvoir et gouverne jusqu'à sa mort à Babylone en 323. Il reprend le projet de son père jusqu'en 332. En 335, il rase Thèbes car il y a une révolte à la mort de Phillipe. Puis il part jusqu'à Troie en passant par l'Hellespond. Il combat pendant toute l'année 333 contre les mercenaires grecs commandés pas Memnon de Rhodes qui meurt à la fin de l'année de maladies. Darius est pris de vitesse par sa mort. Il perd la guerre. Alexandre dépasse son projet et s'empare de Tyr, de Gaza en 332. Puis il conquiert l'Egypte où il fonde Alexandrie. Il part vers l'Est et s'empare de Babylone. En 331-330, il conquiert les terres jusqu'à la vallée de l'Indus. Il multiplie les expéditions en Asie centrale. En 325, ses combattants refusent de continuer, il rentre par la terre pendant que Néancre, son géographe explore le golfe persique. Alexandre veut conquérir Carthage mais il meurt en 323. Avec lui s'éteint la période classique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoire-rabelais.cultureforum.net
La Fille de la Chouette
Admin


Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Espace grec et grandes périodes.   Mar 7 Nov - 21:48

La période hellénistique commence en 323 et se finit en 30 avec la disparition du dernier royaume grec, l'Egypte. En 323 Alexandre meurt sans héritier. Son épouse Roxane, iranienne, est enceinte, mais les commandants d'Alexandre ne veulent pas d'un roi à moitié iranien. Alexandre a bien un demi-frère, Phillipe, mais il est épileptique, maladie alors crainte comme venant des dieux. Il ne peut donc monter sur le trône. En attendant la naissance du fils d'Alexandre, Perdiccas est choisi pour régent. Mais des guerres commencent entre les généraux, les diadoques, pour la prise du pouvoir. En 321, ils assassinent Perdiccas, se partagent l'empire et forment des armées pour conquérir plus de terres. Ptolémée qui reçoit l'Egypte n'adopte pas un comportement belliqueux pour asseoir son pouvoir. Au contraire Antigone le Borgne et son fils Démétrios Poliorcète sont les plus violents. Ils constituent une flotte très puissante. Ils récupèrent la Macédoine et une grande partie de l'Asie mineure. Ils sont arrêtés en 301 à la bataille de Ipsos où Antigone est tué. Isimaque, un autre diadoque essaye à son tour. Il conquiert la Macédoine, la Thrace et l'Asie mineure. En 281, il meurt à la bataille de Couroupédion. Quarante ans après la mort d'Alexandre, il n'y a plus de diadoques, mais les héritiers, les Epigones, si. Il n'y en a que trois. En Egypte, Ptolémée II, fils de Ptolémée, a pris le pouvoir sans problème, c'est la dynastie des lagides qui commence. En Asie mineure, Seleucas est un personnage ambitieux. Il prend l'Iran, l'Afghanistan, l'Asie mineure après 281. Il est assassiné de suite. Son fils, Antiochos I crée un immense empire, le Seleucide. En Grèce, c'est plus compliqué. Jusqu'en 272, plusieurs hommes se battent pour le pouvoir. Le roi d'Epires, Pyrrhos veut le trône de Macédoine car la mère d'Alexandre venait d'Epires. Il se bat contre Antigone gonatas (petit fils de Antigone le borgne). C'est la dynastie des antigonides qui gagne et crée un grand royaume.
A partir de 229, les romains interviennent dans l'Est de l'Adriatique contre les pirates illyriens qui rançonnent les navires de commerces romains. Après cela ils interviennent de plus en plus. Ils luttent contre les antigonides jusqu'en 168 à la bataille de Pynde où le dernier roi antigonide, Persée est vaincu par Paul-Emile. Les autres royaumes s'effondrent dans le siècle suivant. L'empire Seleucide disparaît en 63 avec son dernier roi. Pompée entre dans Antioche, la capitale de l'empire. L'Egypte, quant à elle est prise dans la guerre entre les triumvir. Antoine s'y réfugie et associe l'Egypte à sa lutte. En 31, Antoine et Cléopatre sont vaincu par Octave à la bataille navale d'Actium. En 30, Octave entre dans Alexandrie et Antoine et Cléopatre se suicident. L'Egypte devient une province romaine.
Les cités grecques dans les provinces sont dirigées par le Sénat. Elles possèdent pourtant une grande indépendance jusqu'au IIIè siècle. Les magistrats romains interviennent de plus en plus et les pressions fiscales augmentent.
Le fil conducteur de la Grèce fut ces cités de l'archaïsme à la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoire-rabelais.cultureforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Espace grec et grandes périodes.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Espace grec et grandes périodes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Calendrier des pluies de météorites et étoiles filantes
» 2000 , 2010 des grandes dates
» NON à la suppression du cours de Grec en CPGE scientifique !
» Niveaux de classe et périodes historiques
» La propulsion nucléaire dans l'espace..!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Histoire à François Rabelais. :: Histoire :: Histoire Ancienne-
Sauter vers: